- Jawhara-Soft Forums - Jawhara-Soft Forums


  (Jawhara-Soft) > >




 
2010-05-27, 22:19 : 1
Dandoun

Rules Franck Ribry, le 26 mai 2010 au stade de Lens.


Franck Ribry, le 26 mai 2010 au stade de Lens.


a "rouille sec". Pas grand-chose faire dans le quartier : jour fri, tout est ferm. C'est parti pour un foot. Sur une partie d'un terrain fatigu situ au coeur de la cit, quatre petits jouent au "cul rouge". Le but : viser l'arrire-train du gardien avec le ballon. De l'autre ct de cette pelouse artificielle balafre, d'autres se dribblent en se prenant pour... Franck Ribry.

Dans le quartier de son enfance, le Chemin-Vert, Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Franck Ribry, 27 ans, n'est pas seulement le footballeur chouchout du Bayern Munich ou de l'quipe de France, "c'est la famille ". Une partie de la sienne y vit encore. Son nom, son numro chez les Bleus - le 22 - sont peints sur les murs des HLM.
Alors, pas touche "Ti Franck". Les rvlations sur son escapade avec Zahia, une prostitue de luxe ? Ce n'est pas le problme de la cit, mme si certains se disent "dus" par son comportement. Pas question donc de baver sur le gamin du "pays", encore moins de brler "l'idole" tant aime de la ville. "Ribry, c'est un miracle", lche Hakim Benkadah, 15 ans, un collgien du quartier.
"IL A VRAIMENT GALÉRÉ"
Celui d'un margat ("enfant" en patois) qui, 16 ans, a t renvoy, pour ses mdiocres rsultats scolaires, du centre de formation de Lille aprs y avoir pass quatre annes. Celui d'un ado qui est retourn jouer en national Boulogne, Als puis Brest avant de dmarrer, 20 ans, sa carrire vertigineuse en Ligue 1 Metz en 2004.
"Il n'a pas fait d'tudes, il a vraiment galr dans la cit et il y est arriv", souffle avec respect le jeune Hakim. "Il reprsente un espoir pour la jeunesse de Boulogne, rsume Jean-Claude Etienne, adjoint au maire socialiste charg des sports. Il montre que si on travaille, rien n'est inluctable." Surtout au Chemin-Vert.
Situe sur les hauteurs de la ville fortifie, prs du littoral, cette zone urbaine sensible (ZUS) de prs de 9 000 habitants, souffre d'une mauvaise rputation : dlinquance, pauvret, alcoolisme... avec un taux de chmage qui avoisine les 40 %. Pourtant, plus de 700 logements ont t dtruits pour cause d'insalubrit ces dernires annes, et autant ont t reconstruits. Mais, a sent la tristesse, "la misre, la vraie", lance Jason Lenire, 17 ans, un habitant. Sur le sol, les clats de verre de bouteilles de bire recouvrent peu peu le bitume. "C'est le quartier le plus stigmatis de Boulogne, souligne Franois Cuvillier, le maire, mais c'est ici que j'ai paradoxalement le moins de problme : il y a un vrai "vivre ensemble"."
Loin de la cit, ce soir-l, une dizaine de jeunes, qui squattent un mur prs du centre-ville, sentent "le parfum merguez". Sur un parking, autour d'un barbecue, ils rappent, parlent de tout et beaucoup de Ribry. "Il est tout pour la ville, raconte Grard Sart, 18 ans, alias "Egal-G", jeune rappeur au chmage. Il incarne la russite, lui qui vient d'une famille super modeste."
"Si j'avais su, j'aurais continu le foot, enchane Ibrahima Niasse, 26 ans, un commerant qui a jou enfant avec l'international. Beaucoup de gens regrettent d'avoir arrt le foot !" "Depuis qu'il a explos, tout le monde veut pratiquer srieusement ce sport", explique Benjamin Thomas, 17 ans.
Aprs le Mondial 2006 en Allemagne o avait brill Ribry, les sept clubs de la ville ont connu une recrudescence des inscriptions. "Plus 30 % en moyenne, prcise M. Etienne. C'tait l'effet Ribry. Et a continue un peu aujourd'hui."
Dans sa ville, on loue sa discrtion, sa modestie et "sa fidlit", martle le dput socialiste du Pas-de-Calais, Jack Lang, qui tient sa permanence au Chemin-Vert. "Quand on apprend qu'il arrive au quartier, on sait qu'il ne viendra pas les mains vides", sourit Tony Bourgois, secrtaire gnral du FC Conti, le tout premier club de Ribry.
Dans son quartier, ils sont nombreux conter sa gnrosit. Il donne des crampons, des vtements aux couleurs des diffrents clubs qu'il a connus (Metz, Marseille, Galatasaray en Turquie et aujourd'hui le Bayern Munich). Il invite aussi les enfants de la cit venir le voir jouer en Allemagne. "Je l'ai mme vu donner des billets aux petits qui taient dans le besoin", ajoute Ibrahima. "Il reprsente un islam humaniste", dit M. Lang quand il voque la conversion de Ribry. "Il n'a pas oubli ses racines et Boulogne", se rjouit le maire.
"UNE RÉFÉRENCE"
Et la ville le lui rend bien. Une tribune du stade de la Libration - o joue l'quipe professionnelle de Boulogne - porte son nom. "C'est une rfrence dans le football franais, souligne le prsident Jacques Wattez. On ne va pas attendre qu'il soit mort pour le faire." Un tournoi de jeunes enfants porte aussi son nom, celui qui est organis par le club qui l'a form, les Aiglons.
Grce au transfert de Ribry au Bayern en 2007, ce modeste club dont le budget annuel est de 70 000 euros en a touch 130 000 d'un coup pour avoir form le Boulonnais. Il a pu s'offrir deux minibus. Anecdotique ? Pas tant que a. "Les parents ne peuvent pas amener leurs enfants aux matches : l'essence est trop chre", explique Hmada Maazoun, le prsident.
Cette "fidlit", son quipementier amricain ***e l'a bien comprise. En prvision du Mondial en Afrique du Sud (du 11 juin au 11 juillet), il avait prvu d'installer un portrait gant - 27 mtres de haut sur 30 de large - sur le port dominant la plage de Boulogne-sur-Mer. Mais l'affaire Zahia a un temps refroidi certains responsables politiques.



 


« | »



05:06.


Powered by vBulletin®
Copyright ©2000 - 2016, Jelsoft Enterprises Ltd
2010-2016